Elvstrom Sails | 60 ANS DE PASSION
19048
page,page-id-19048,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.2,vc_responsive
 

60 ANS DE PASSION

elvstrom_60_01
LA SAGA DES HOMMES

C’est une histoire d’hommes et d’innovations. Un parcours de marins et d’entrepreneurs. C’est une aventure qui démarre au Danemark, grandit en France et s’impose en Europe. C’est la saga de la voilerie Elvstrom Sails, qui naît à Copenhague, s’épanouit à Cannes et au Danemark, et impose au continent sa couronne rouge, son logo qui est mieux qu’une déclaration d’intention, un logo qui dit l’océan comme un territoire à conquérir.
C’est une histoire que, voici 60 ans, ont initié Eric Johansen et Paul Elvstrom, et que poursuit aujourd’hui Nic Johansen, le fils d’Eric et les 80 collaborateurs associés à un réseau de distributeurs qui forment l’équipage du navire Elvstrom Sails.

ERIC JOHANSEN ET PAUL ELVSTROM

Nous sommes dans les années 50. Eric et Paul sont amis, ils naviguent ensemble, ils sont aussi doués sur l’eau qu’imaginatifs quand il s’agit de révolutionner le monde du dériveur.  Les voileries existantes sont incapables de répondre à leurs besoins de champions précurseurs. C’est encore le temps des voiles de travail, du coton, des toiles qui se déforment, qui pèsent des tonnes quand les embruns les rincent. Eric et Paul vont fonder l’une des premières voileries moderne et initier la voile-régate, la voile-loisir, la voile-plaisir. Un plancher installé dans la cave de la maison de Paul, un rouleau de tissu italien, une machine à coudre, une seule couturière qui deviendra madame Johansen, et c’est parti. La famille Johansen n’est pas inconnue dans l’univers du textile: le grand père possédait déjà un important atelier de confection de 1000 personnes.
1958.  Génie tourmenté et barreur d’exception, Paul hante les plans d’eau et truste les victoires. Paul va devenir pour la voile de compétition, en dériveur mais aussi en course-croisière, le patriarche talentueux sur l’eau et incroyablement inventif à terre, qu’Eric Tabarly sera à la course au large. Quatre médailles olympiques, des titres mondiaux à foison en Finn, Star, 505, FD, Soling, Tornado, half-tonner, etc… Eric, lui, s’impose comme le technicien et le gestionnaire de la petite entreprise. Les affaires progressent mais le Danemark ne suffit plus aux deux compères. Le marché principal de la plaisance émergente se trouve en France et De Gaulle complique l’importation des produits étrangers. Aimant le risque et le dépaysement, Eric décide de s’installer dans l’hexagone. La Méditerranée recèle un énorme potentiel et s’affirme comme le paradis du nautisme à venir. Elvstrom Sails France s’installe à Cannes. 5 personnes, 300 mètres carrés de plancher. C’est parti.
Eric va faire grandir en force et en raison la branche française de la marque à la couronne. Son intuition était la bonne, il a débarqué dans un pays qui va s’affirmer comme le leader mondial de l’industrie nautique, le berceau des navigateurs solitaires et la référence da la voile-spectacle. Attentif et rationnel, soucieux de ses clients comme de son personnel, il va poser les fondations d’une entreprise saine et prospère avant de passer la main à son fils aîné Nic.

elvstrom_60_08
elvstrom_60_09
NIC JOHANSEN

Années 70. Ils sont trois blondinets à la barre de leur Optimist, avec voiles à livarde siglées Elvstrom, qui imposent leur talent et leur décontraction. Nic, Finn et Claus sont les fils d’Eric et ils ont reçu en héritage, sens marin et fibre technologique. Il revient à Nic, l’aîné, de perpétuer la tradition familiale faite d’amour du travail bien fait et de prises de risques. Barreur de talent, marin titré, Nic a très tôt choisi de rejoindre la voilerie après des études de commerce et des séjours au Canada et au Danemark dans les voileries sœurs. C’est à lui qu’on a demandé de faire grandir Elvstrom France. Avec le soutien d’Eric d’abord, seul désormais depuis que son père après une retraite méritée a disparu, Nic a la charge de piloter le groupe Elvstrom vers la maturité. Aujourd’hui, la voilerie qui avait fait ses premières armes en 420 et en Ponant, est passée au stade supérieur et se trouve présente sur tous les segments du marché, trois domaines d’importance à peu près égale.

 

  • L’équipement des bateaux neufs qui sortent de chez Benéteau, Jeanneau, Kirié, Dufour, Garcia, Catana, Boréal, Aventura, Wauquiez et autres…
  • Les flottes de location de bateaux Sun Sails, Moorings. Dream yachts, VPM, Star Voyages.
  • Les voiles à l’unité, pour la régate: tours du monde et transats avec Philippe Monnet, mais aussi course-croisière ou dériveur. Sans oublier, les particuliers qu’il est agréable de traiter avec compétence et attention.

Attentif aux problèmes de la profession et soucieux de permettre au nautisme de réussir son entrée dans l’Europe, Nic s’est très tôt impliqué au sein de la Fédération des Industries Nautiques comme administrateur, tout d’abord comme président pour la méditerranée puis comme représentant du métier des équipementiers.

Heureux de transmettre son savoir aux plus jeunes et de faire perdurer une association à laquelle il a toujours appartenu, Nic a également été président du Yacht Club de Cannes pendant 10 années et a chapeauté l’organisation des Régates Royales pendant 20 ans.

Aujourd’hui membre de la chambre de commerce et d’industrie, il anime le pole nautisme et plaisance de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

Ces engagements, comme sa manière de mener son entreprise, témoignent de son soucis de garder à Elvstrom Sails, son âme familiale et sa conviction marine.

"D'AIR EN... ERRE"
L’ÈRE ARTISANALE (1954-1979)

Les toutes premières voiles réalisées par Eric Johansen et Paul Elvstrom manifestaient déjà une créativité technique qui ne s’est pas démentie. Ils choisirent un rouleau de tissu italien et décidèrent d’assembler des petits panneaux pour diminuer l’élasticité de la toile. Dans les années 60, en France, les voileries équipent autant les derniers thoniers que les premiers Vaurien. Eric Johansen s’impose dans cet univers frais et sympathique du dériveur. Il dessine le plan de voilure du 420, s’implante dans le petit monde des Optimists où les champions d’aujourd’hui usent leurs fonds de ciré et continue à les accompagner quand ils passent au 470. Elvstrom France commence à s’intéresser aux croiseurs, à travailler avec des chantiers comme Wauquiez, Alpa ou Aloa. Bientôt, Bénéteau fera confiance à la maison cannoise. En 1979, un cap est franchi. Les 300 mètres carrés de l’atelier du Cannet se transforment en un espace de 2000 mètres carrés à la Bocca. Les couturières sont choyées avec un plancher surélevé et des machines installées dans des fosses, pour une meilleure ergonomie. L’ambiance est conviviale, le social est une préoccupation permanente, traitée à la manière des pays nordiques. C’est également le moment où la deuxième génération des Johansen rejoint le fondateur et va accélérer le passage à la modernité.

elvstrom_60_05
elvstrom_60_06
L’ÈRE INDUSTRIELLE (1979-2004)

Pour une voilerie, changer d’échelle implique de mener plusieurs projets de front, de déléguer et de responsabiliser, de ne jamais cesser d’innover et de sécuriser les processus de fabrication et de distribution, tout en nouant les alliances nécessaires. Accès à la vidéo « Histoire d’une voile »

INNOVER

La coupe.
Dès 1985, Elvstrom France se dote d’une machine de découpe laser. Cet outil informatique permet de maîtriser totalement le design et la coupe d’une voile. En 2008, entre en service la Focus 10 C, dernière génération de machine de découpe. Aujourd’hui, 80% des voiles sont dessinées et taillées automatiquement. Ce qui permet de recentrer les experts maison sur le gain de valeur ajoutée ; à savoir : mieux répondre aux besoins des chantiers, concevoir des voiles à l’unité pour la compétition la plus pointue comme pour les bateaux classiques les plus anciens, sans oublier d’améliorer les logiciels de conception et de réalisation.

Le tissu

Très tôt allié avec l’américain Sobstad, Elvstrom Sails parie sur le procédé Génésis, gamme de voiles en fibres laminées avec structure unidirectionnelle.

Aujourd’hui elle a développé sa propre gamme de membranes EMT (Elvstrom Membrane Technology).

En partenariat avec les fournisseurs de tissus elle développe ses propres produits, Sealar, Hydranet radial, Windward.

Les brevets

Chaque année, Elvstrom Sails brevette l’aboutissement des travaux de ses bureaux d’études,  signe de l’effervescence qui y règne. Ainsi, le Zipfurl permet le rattrapage de creux. Le génois Nucat permet une diminution de volume quand le vent augmente. Le Sealar est un tissu Spectra qui convient parfaitement aux croiseurs de plus de 10 mètres. Les grandes voiles enrouleur lattées EMS, la housse de ferlage E-Zippack.

La commande par Internet
Depuis 1997, Elvstrom a créé son site. Mais l’utilisation d’Internet est en train de franchir de nouveaux caps. L’intranet permettait déjà le transfert de connaissances et d’information entre les membres de l’équipe. Désormais, les commandes peuvent se faire par ce biais, avec délivrance immédiate d’une fiche technique et d’une fiche de découpe. Et des forums de discussion seront bientôt établis avec les responsables de chantiers comme d’autres avec les particuliers.

Les unités de fabrication
Il est loin le petit atelier de la Bocca. Aujourd’hui, Elvstrom a toujours son siége social à Cannes et vient d’ouvrir une usine dans les environs à Mouans-Sartoux. Un autre site à la Rochelle, permet  également de faciliter la production.

Le réseau de distribution

Elvstrom sails est présente chez 13 distributeurs (3 en Manche, 2 en Atlantique, 2 en Méditerranée, 1 aux Antilles, 2 en Corse, 1 en Tunisie, 1 en Russie et 1 sur le Lac de Genêve) et sur 6 points services qui s’ajoutent aux deux unités commerciales propres à l’entreprise (Cannes et La Rochelle).

A l’international, Elvstrom Sails est présente en Europe (France, Danemark, Espagne, Italie, Croatie, Norvège, Suisse, Suède, Finlande, Angleterre, Autriche, Grèce), en Amérique du sud, en Tunisie et en Russie.

L'AVENIR

60 ans après, l’envie est toujours là, plus que jamais.

Envie d’inventer pour les plaisanciers qui aiment profiter de leurs loisirs comme pour les régatiers qui demandent toujours le meilleur. Envie de progresser dans tous les domaines : la qualité du produit, le service au client, le rapport avec les fournisseurs, la cohésion sociale, les stratégies d’avenir. Et surtout, l’envie d’être fidèle à une aventure familiale, à une histoire d’hommes, à une saga d’entrepreneurs et de marins.